Un acte manqué marquant - Crédit photo izart.fr
Un acte manqué marquant - Crédit photo izart.fr

[yasr_visitor_votes size= »medium »]

« Un acte manqué marquant »

27/09/2013 Bonjour à toutes et à tous,

Ah la la ! Je savais bien que je n’allais pas le garder sous le coude plus longtemps.

Souvent, je prends des notes, fais des photos, des vidéos, récupère des documents, note des adresses mail.

Et ça nourrit mes Petites chroniques.

Mais entre le jour et la nuit, je n’arrive pas toujours à faire face à mes idées, en perpétuelle ébullition…

Alors j’entreprends un méticuleux travail d’archivage cérébral.

Et classe dans des files d’attente tout ce qui n’a pas encore été couché sur l’écran !

Mais un échange ce matin avec ma cousine C. fait ressortir un acte manqué marquant qui me tourne en tête depuis une dizaine de jours.

Ce matin-là, je partais en direction du joli village de mes grands-parents.

Pour me rendre à l’exposition annuelle des talents locaux.

Là où je sais qu’habituellement je vais retrouver avec plaisir, cousins cousines, oncles et tantes.

Soit avec la casquette d’artistes, soit dans le lot de visiteurs.

Mais j’ai eu quelques doutes en me garant sur le parking de la salle des fêtes

Il y avait du monde, certes, mais plutôt version gibus et cocardes, j’ai même aperçu un char de paille décoré…

Et la salle était pleine de gens attablés !

Bon, j’ai du zapper une fois de plus la date, il m’est déjà arrivé une fois de louper un départ pour cause de confusion mentale.

J’espère que ce n’est que passager 🙁

Voilà, de toute évidence, il s’agissait de la fête des conscrits locaux, mauvaise pioche.

Et puis l’idée m’est venue de passer dire bonjour à mon oncle et ma tante qui habitent toujours la maison de mes grands-parents dans ce même village.

Le grand-père et la grand-mère de Lyon, comme on disait étant petits.

J’ai donc repris le chemin à travers bois, sauvage comme autrefois.

Puis dépassé le petit pont où mon père faisait descendre de la voiture tous les enfants pour continuer à pied.

De crainte de faire forcer le véhicule dans la dernière grimpette.

De loin, le mur d’enceinte de la maison s’est dessiné en haut de la côte.

Combien de fois sommes-nous descendus à la rivière remuer cailloux et branchages à la recherche de tout ce qui grouillait dans l’eau ?

Voilà, j’ai frappé presque timidement à la porte, n’ayant pu prévenir de ma visite.

Et mon coeur s’est empli de bonheur de retrouver ce lieu, ces parents, ces souvenirs, de si beaux souvenirs.

Cousins, cousines à travers prés, bois, terres, chemins, bottes aux pieds et cheveux au vent, rien ne nous arrêtait !

Raisin de grand-père
Raisin de grand-père

Nous étions lâchés dans la nature, c’était notre terrain de jeux, d’aventures, de découvertes et… de sottises en tout genre aussi 😉

J’ai fait mon plein de bonheur, ce dimanche-là auprès de mon oncle et de ma tante.

Retrouvé ainsi grand-mère qui prépare sa confiture de pommes et de poires le tablier sur les genoux.

Et grand-père aussi qui sourit en plissant des yeux, la pipe au coin des lèvres, comme autrefois.

Et ça m’a fait du bien de passer les voir dans ce coin de paradis.

J’ai senti la terre de mes ancêtres nourrir mes racines.

Un grand projet m’est venu peu après.

Je les ai remerciés de leur accueil.

Comme j’ai embrassé oncle et tante pour ce délicieux moment passé ensemble, du raisin de grand-père dans les bras.

Bien à vous,

Isabelle

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.