C'est moi version Bécassine - Crédit photo izart.fr
C'est moi version Bécassine - Crédit photo izart.fr

« C’est moi version Bécassine »

Vous avez aimé :
[Total : 1    Moyenne : 5/5]

04/11/2019 Bonjour à toutes et à tous,

Avant de m’en séparer définitivement et de m’envoler pour Inde, j’avais relu une dernière fois Bécassine dans la neige.

J’avoue que j’avais bien ri de ses loupés, pauvrette.

Et ben tout à l’heure, repassant en revue mes premiers exploits à bicyclette, je me suis dis c’est moi version Bécassine

Certes, maintenant, au bout d’une semaine, j’arrive à lever le nez du guidon et… à voir le bout de la piste 🙂

Mais il y a peu, j’ai évité de justesse un monsieur qui filait en sens inverse sur le chemin de terre

Et puis je ne m’en suis pas vantée, mais J. a failli être le témoin impuissant de ma chute du haut d’un petit pont.

Certes, mon vélo a des freins, mais pas eu le temps de réaliser que je serrais le jambage en pierre de trop près…

L’apprentissage du vélo électrique en cours d’acquisition, j’ai oublié que donner un coup de pédale équivaut à relancer la machine.

Bref après une semaine de rodage, j’ai tout essuyé !

La mousson qui s’abat d’un coup, les ornières pleines de boue, les épines dans les bras et les vaches sur la route.

Ah ben oui hein, 90% de mes trajets se font hors route goudronnée.

Voilà, en 8 jours, j’ai validé mon stage d’immersion en milieu aquatique doublé d’un stage accéléré de conduite VTT cross-country.

Donc à moi la terre, le sable, les cailloux et de plus les gros trous.

Quand je pense aux copines et aux copains qui font du vélo à assistance électrique en ville… de la rigolade !

Pourtant, l’autre soir j’ai bien cru finir sous les roues d’un bus qui m’arrivait dessus en doublant une voiture.

Le tout à la mode indienne, c’est à dire en plein phares, parce qu’ici tout le monde roule comme ça 🙁

Ah oui, petite précision mais qui a son importance, la nuit tombe à 17:00 sous nos latitudes…

Juste avant, j’avais esquivé un troupeau de vaches qui rentraient de front et sans éclairage.

Et je ne vous parle même pas des veaux couchés au milieu de la chaussée.

Bilan, en arrivant comment j’étais lessivée après tout ce gymkhana

Même pas eu la force de me gratter à cause des moustiques qui m’avaient attaquée dans le noir.

Cependant, j’ai trouvé le courage de me passer sous l’eau, les jambes maculées de boue 🙁

Bien à vous,

Isabelle

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.